Chez Ray

C’ était sous une soirée pluvieuse, un mardi 26 Octobre que Julie Ilondo Nguini s’ est rendue au centre communautaire “ Ray Community Center” pour parler aux enfants du livre “ A la rencontre de l’Okapi”.  Le Centre est un petit hangar située à l’arrière d’ une maison sur l’ avenue 6e avenue. 

Récit de Julie

C’ est en tremblotant que je toque à la porte où j’ entends des voix provenant de l’ intérieur. Je grelotte, il fait très froid. J’ ai hâte d’ entrer dans la pièce. Il doit certainement faire beau à l’intérieur.

Une dame vient gentiment m’ouvrir la porte. Je me présente: Je suis Julie, la co auteure du livre : “ A la rencontre de l’Okapi”, j’ ai rendez-vous avec les enfants pour une séance  de lecture. “

Le visage de la jeune dame s’illumine : “ Ah d’ accord, nous vous attendions.”

J’ entre rapidement dans la pièce et m’assieds sur invitation de mon hôtesse. Il y’a un jeune qui doit avoir la vingtaine. Il est en train de classer des cartes. Les présentations sont brèves.

Je suis intimidée, je ne sais pas trop comment me comporter devant les enfants, ni comment retenir leur attention. 

“Aimeront-ils le livre?” Je ne cesse de me poser cette question. La jeune dame a dû sentir ma nervosité.

“Ne vous en faites pas, je suis sûre que vous serez  à la hauteur.”  Me dit-elle.

 Je souris, toute crispée. Elle me pose des questions sur le livre et la conversation commence. Petit à petit, mes craintes s’ envolent. Les deux jeunes bénévoles semblent tres intéressés et ne cessent de me bombarder de questions. 

Je réponds avec joie. Quelques minutes plus tard, les enfants font leur entrée, une dizaine d’enfants . Ils ont entre 6 et 10 ans. Ils me dévisagent et s’ installent autour de moi après les présentations et petites causeries entre eux.

Chez Ray, Centre communautaire, Harrisburg.

Je me racle la gorge et j’ ouvre mon petit livre, le positionne de façon à ce que les enfants puissent voir les images.

Ils sont calmes, attentifs et ont l’ air très intéressés .

A la fin de la séance de lecture, la jeune bénévole leur demande s’ ils ont des questions à me poser.

Je vois de petites mains se lever. 

“Donc les okapis t’aiment beaucoup puisque tu travailles pour la sensibilisation et leur protection?”

“ Donc tu vas ramener tous les okapis au Congo?”

“Donc si on ne fait rien les Okapis vont disparaître comme les dinosaures ?” Le petit garçon qui pose cette question a l’ air bien horrifié.

“On devrait vraiment faire quelque chose pour protéger les okapis, je ne veux pas qu’ ils disparaissent.” 

Je répond du mieux que je peux à ma jeune audience. Je leur remets à la fin de la séance des autocollants ainsi que  des livres d’ activités. 

On peut lire sur la joie et la curiosité des enfants.

Au moment où je m’ apprête à partir, une petite fille âgée d’ environ 10 ans me tient par la main.

“ Tu as dit que le Congo se trouve en Afrique Centrale, sais-tu où se trouve la Guinée?”

Je suis agréablement surprise qu’elle me pose cette question.

“Oui, la Guinée se trouve en Afrique de l’Ouest. Mais il y a trois Guinée, tu sais?”

“Non, je ne le savais pas , je ne connais que la Guinée Conakry, mes grand-parents sont originaires de la Guinée Conakry.” 

“Je suis tres fière de toi! C’ est très important de connaître ses origines!” Je lui réponds.

La petite fille sourit et me demande si je parle Français . Je lui apprends quelques mots en Français et elle est aux anges. Elle a de quoi impressionner sa mère ce soir en rentrant à la maison.

Je dois absolument partir. Je n’avais que 45min mais j’ avais passé un peu plus de temps avec les enfants qui devaient d’ ailleurs se livrer à une autre activité. 

Les élections locales approchent donc les bénévoles veulent bien leur expliquer tout le processus.

C’est donc une heure et quinze minutes de pur bonheur que j’ ai passé en compagnie des enfants, qui m’ont remerciée en chœur “Merci miss Julie de nous avoir parlé de l’Okapi aujourd’hui!” 

Leave a Reply

Your email address will not be published.

en_USEnglish